Marque ta page

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

La Petite Mort

Envoyer Imprimer PDF

petite mort

 

Suivre des femmes pour le plaisir de les terrifier... le héros de Ruth Rendell finit par se prendre au jeu de cette étrange activité qui lui procure une excitation de plus en plus intense. Jusqu'au jour où le destin vient mettre fin à son « passe-temps » avec une cruelle ironie. Comme Ruth Rendell, tous les maîtres du suspense et du fantastique réunis dans ce livre, de Joyce Carol Oates à Clive Barker et Harry Crews, célèbrent avec un égal talent la singulière alliance de l'horreur et du plaisir, de la cruauté et de la jouissance, de la perversité et de la sensualité. Aux limites du fantasme, de la réalité et de la folie, ces textes, où le sexe et la mort forment un couple indissociable, composent une anthologie érotique et noire qui exalte tous les sens. À lire absolument pour se griser de peur et de volupté.


L'avis de Carrie : Un très bon recueil de littérature fantastique et érotique, mêlé d'horreur ! Une histoire en particulier me reste en mémoire, c'est "La peau affamée", une histoire troublante et limite incestueuse, où une jeune femme découvre sa vraie nature en explorant une étrange statue dans la demeure de son père...

 

Pour discuter de cette lecture

Mise à jour le Dimanche, 26 Février 2012 21:04  

Newsflash

 

« Nous pensions avoir trouvé le refuge idéal, un cottage perdu au coeur de la forêt. Il était sans doute un peu délabré, mais tout à fait charmant et si paisible… C’est là que la magie a commencé. Midge et moi, nous avons atteint des sommets de créativité dans nos domaines respectifs : elle a peint des toiles extraordinaires et je me suis mis à jouer de la guitare comme un dieu ! Quant à l’amour qui nous unissait, c’est devenu la magie suprême…
Mais, comme toute médaille a son revers, le cottage avait lui aussi son mauvais côté. Et c’est là qu’intervient la mauvaise magie…
Aujourd’hui encore, j’ai de la peine à croire que des choses aussi terrifiantes aient pu arriver. Et pourtant… »

L'avis de Carrie : Comme pour « Les Autres » du même auteur, l’histoire est un peu longue à démarrer. Mais c’est sans doute pour qu’on s’imprègne bien de l’enchantement idyllique du début pour mieux plonger dans l’enfer par la suite. Donc, passé le moment un peu ennuyeux du début avec la mise en place des personnages dans leur nouvelle demeure, on tourne les pages avec de plus en plus d’avidité en se demandant « mais qu’est-ce qu’il va se passer maintenant ? ». Et finalement, il ne se passe pas grand-chose. J’avais espéré quelque chose de plus spectaculaire, plus effrayant. Moi qui aime les histoires de maisons hantées, je suis restée sur ma faim avec celle-ci. Un long roman (380 pages) pour peu de frayeur en définitive. En tout cas, moi qui n’avais déjà pas beaucoup de sympathie pour les sectes, ce roman m’a définitivement fâchée avec elles.
Donc, un peu déçue quand même.

 

Pour discuter de cette lecture