Marque ta page

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Etrangers Maupin, Armistead Armistead Maupin

Armistead Maupin

Envoyer Imprimer PDF

armistead maupin

 

Armistead Maupin, né à Washington le 13 mai 1944, est un écrivain américain.

Armistead Maupin vit à San Francisco depuis 1971. C'est dans un quotidien, le San Francisco Chronicle, qu'en 1976 il a commencé à publier ses chroniques réunies plus tard en six volumes qui ont connu un succès immédiat. Parce que cette comédie humaine, pleine d'humour et de fantaisie, est surtout un plaidoyer contre l'hypocrisie et pour le respect des différences.

(Source : Evene)

Bibliographie : (dates de publications françaises)

  • Chroniques de San Francisco, 1998
  • Nouvelles Chroniques de San Francisco, 1998
  • Autres Chroniques de San Francisco, 1998
  • Babycakes, 1998
  • D'un bord à l'autre, 1998
  • Bye-bye Barbary Lane, 1998
  • Michael Tolliver est vivant, 2008
  • Mary Ann en automne, 2011
 

Newsflash

 

Crickley Hall : une vieille demeure comme on n'en trouve que dans les régions reculées de l' Angleterre. Vaste et sinistre, elle a même l'air un peu menaçant.
Lorsque Gabe et Eve Caleigh viennent s'y installer avec leurs deux petites filles, ils espèrent y trouver la paix, et tourner la page sur le terrible malheur qui a frappé leur famille.
Mais quelque chose ne va pas... Bientôt des bruits inexplicables les arrachent au sommeil. Les enfants sont les seuls témoins d'étranges apparitions. Et, chaque matin, la porte de la cave est entrouverte alors qu'on l'avait fermée la veille.
Cette maison est le dernier endroit que les Caleigh auraient dû choisir. L'horreur qui les y attend dépasse tout ce qu'ils pouvaient imaginer.
Oserez-vous affronter le terrifiant secret de Crickley Hall ?

L'avis de Carrie : Une très bonne histoire de maison hantée (que j'ai évité de lire le soir tard je l'avoue) avec un bon suspense. L'histoire parle en plus de maltraitance d'enfants, ce qui ne peut pas laisser insensible. Et même si on devine peu à peu la fin au fil des pages qui nous apprennent déjà tant de choses horribles, on reste un peu sur le cul quand même face à tant de cruauté.

 

Pour discuter de cette lecture