Marque ta page

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Francophones Ségur, Comtesse de Comtesse de Ségur

Comtesse de Ségur

Envoyer Imprimer PDF

comtesse de ségur

 

Sophie Rostopchine, comtesse de Ségur, née Sofia Fiodorovna Rostoptchina le 1er août 1799 à Saint-Pétersbourg et morte le 9 février 1874 à Paris, est une femme de lettres française de naissance russe.

Après une enfance dans son domaine de Voronovo, Sophie Rostopchine, fille du comte Rostopchine, ministre du Tsar Paul 1er et gouverneur de Moscou, se voit dans l'obligation de fuir la Russie en 1817, et se rend avec sa famille en France. Son père serait tombé en disgrâce pour avoir fait incendier Moscou face à l'armée napoléonienne, empêchant le ravitaillement de cette dernière. En 1819, elle épouse le comte de Ségur et c'est pendant son voyage de noces qu'elle remarquera un château, "Les Nouettes", du côté d'Aube, dans l'Orne, entouré de bouleaux qui lui rappellent le parc de son enfance. Son père décide de l'offrir au jeune couple pour qu'ils y vivent mais le comte se déplaît à la campagne et passe beaucoup plus de temps sur Paris, délaissant quelque peu sa femme. Ils auront huit enfants mais c'est véritablement pour ses petits enfants que la comtesse va commencer à écrire, notamment quand Camille et Madeleine, héroïnes des Petites filles modèles, partent à Londres où leur père est muté. Elle est aujourd'hui l'auteur de vingt romans connus de tous, où le bien triomphe toujours du mal, mais où le plaisir ressenti à leur lecture prouve que ses histoires traversent les générations.

(Source : Evene)

Bibliographie :

  • La Santé des enfants, 1855
  • Livre de messe des petits enfants, 1857
  • Les Nouveaux Contes de fées, 1856
  • Les Malheurs de Sophie, 1858
  • Les Petites Filles modèles, 1858
  • Les Vacances, 1859
  • Mémoires d'un âne, 1860
  • Pauvre Blaise, 1861
  • La Sœur de Gribouille, 1862
  • Les Bons Enfants, 1862
  • Les Deux Nigauds, 1863
  • L'Auberge de l'Ange gardien, 1863
  • Le Général Dourakine, 1863
  • François le bossu, 1864
  • L’Évangile d’une grand-mère, 1865
  • Un bon petit Diable, 1865
  • Jean qui grogne et Jean qui rit, 1865
  • Comédies et proverbes, 1866
  • La Fortune de Gaspard, 1866
  • Quel amour d’enfant !, 1867
  • Le Mauvais Génie, 1867
  • Les Actes des Apôtres, 1867
  • Le Chemineau, 1868
  • La Bible d’une grand-mère, 1869
  • Après la pluie, le beau temps, 1871
 

Newsflash

 

Cela commença par un tremblement de terre. Dans la confusion, au milieu des cris des victimes, personne ne prêta vraiment attention à ce brouillard jaunâtre qui s’échappait de la terre éventrée et que le vent eut tôt fait d’emporter vers la campagne anglaise. Puis des massacres inexplicables, déments, furent signalés sur le passage de la nappe de brouillard. Elle se mit à croître, progressant inexorablement vers les zones les plus peuplées d’Angleterre… Un chef-d’œuvre de la terreur vendu à plus d’un million d’exemplaires !


L'avis d'Abso : Un roman qui souffle un peu le chaud et le froid je trouve. Un début un peu poussif avec une succession de tableaux nous montrant la folie que fait naître ce fameux brouillard. Ensuite, vers la moitié du livre, l'histoire se met vraiment en place pour finir de manière spectaculaire mais peut être un petit peu brutale. Vous l'aurez compris, ce roman n'est ni bon ni mauvais pour moi, il se lit, se range, s'oublie...

 

Pour discuter de cette lecture