Marque ta page

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

La Pala

Envoyer Imprimer PDF

pala

 

Nice en l'an 1521.
Un retable de Ludovic Bréa s'enflamme spontanément dans l'église Saint Martin-Saint Augustin. Les Niçois s'agitent et le gouverneur du Comté demande au duc de Savoie de dépêcher un enquêteur.
Un jeune chevalier quitte Chambéry et traverse les Alpes pour arriver à Nice où tout semble se liguer contre lui. La cité bouillonne de ragots et de rancoeurs. Les moines augustins voient dans l'incendie un impérieux message divin ; les Niçois y voient l'oeuvre du diable; le gouverneur soupçonne un complot des Génois.
Le jeune vicaire ducal, désemparé, saisit une main qui se tend, la main de Ludovic Bréa qui a connu les meilleurs peintres de Florence et agrège une partie des connaissances de son temps...


L'avis de Nono : Excellent polar historique qui se passe à Nice au Moyen-Age. Christian Maria se distingue par une écriture passionnante et riche en découvertes. L'intrigue est bien menée et ne supporte aucun ralentissement. Une belle découverte d'un professeur niçois adorable et qui organise régulièrement des visites guidées sur la région Niçoise, autour de ses livres et de sa passion : l'histoire !

 

Pour discuter de cette lecture

 

Newsflash

 

James Herbert est un auteur anglais spécialisé dans le domaine de l'horreur né le 8 avril 1943 à Londres.

Après avoir caressé la carrière de chanteur et de directeur artistique, James Herbert se consacre à la littérature. Peu à peu, il se spécialise dans l'horreur, sous toutes ses formes. Plusieurs thèmes sont récurrents dans son oeuvre : les catastrophes, le surnaturel, le nazisme et la réincarnation. Il aborde les catastrophes à plusieurs reprises, notamment dans ses premiers romans, comme La Trilogie des rats ou Fog ; tous deux influencés par les romans de science-fiction de John Wyndham. L'horreur qu'il dépeint ici est symbolique du déclin de la société, où même les autorités sont incompétentes. Sa période surnaturelle (Dis-moi qui tu hantes, Le Survivant) laisse l'horreur scientifique pour une horreur plus improbable. James Herbert revient ensuite aux horreurs plus terre à terre en consacrant deux romans historiques où des Britanniques sympathisent avec des nazis. Le dernier thème phare de la bibliographie de James Herbert est la réincarnation, comme dans Others ou Le Jour où je suis mort.

(Source : Evene)

Bibliographie : (dates de publications françaises)

  • Les Rats, 1976
  • Le survivant, 1978
  • Le Sombre, 1986
  • Pierre de lune, 1987
  • Le Repaire des rats, 1989
  • L'empire des rats, 1991
  • Fluke, 1992
  • La Lance, 1992
  • Hanté, 1992
  • Sanctuaire, 1993
  • Fog, 1994
  • Sépulcre, 1995
  • Présages, 1996
  • 48, 1999
  • Ballade pour un ange déchu , 2000
  • La Conspiration des fantômes , 2000
  • Le Jour où je suis mort , 2005
  • Le Secret de Crickley Hall, 2008
  • Les Autres, 2009
  • Magic cottage, 2010