Marque ta page

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Francophones Guène, Faïza Du rêve pour les oufs

Du rêve pour les oufs

Envoyer Imprimer PDF

reve oufsreve oufs

 

Ahlème a vingt-quatre ans, toutes sortes de problèmes... Mais, de sa cité d'Ivry à son Algérie natale en passant par les cafés parisiens, elle ne peut s'empêcher de promener un regard amusé sur ceux qui traversent sa vie. Ces "oufs" qui la font rire...

L'avis de Nono : Une jeune beur avec un potentiel très fort. Repérée grâce à son Kiffe kiffe demain (étudié à l'école ! Ce n'est pas rien...), elle mêle poésie, littérature et langage des rues dans des histoires certes très communes et très loin d'être originales, mais qui n'en sont pas moins simples et efficaces. Mais ce n'est pas ce qui la distingue. A mes yeux, elle a un réel talent d'écriture et sait par quelques phrases ou quelques mots nous scotcher pendant quelques secondes.
Du rêve pour les oufs est son deuxième roman et, si je connaissais l'auteure pour avoir lu son premier, je n'ai pas été déçue par celui-ci et l'ai retrouvée avec plaisir.

 

Pour discuter de cette lecture

 

Newsflash

 

David ne croit pas aux fantômes. Rationaliste convaincu, il met un point d'honneur à démasquer les faux médiums et à attribuer des causes naturelles aux prétendus phénomènes paranormaux. Mais un véritable mystère plane sur la vieille demeure d'Edbrook et, pour la première fois, David se heurte à l'inexplicable. Pour la première fois? Dans son acharnement à nier tout ce qui relève du surnaturel, ne cherche-t-il pas finalement à oublier ce qui le hante depuis l'enfance?

 

L'avis de Carrie : Voilà une histoire de fantômes et de vieille maison hantée comme je les aime. La preuve, j'ai lu ce livre en 2 après-midi. David, qui ne croit pas aux fantômes, va être confronté à ses propres démons et ses propres fantômes. Bon, je dois bien avouer qu'assez rapidement (avant d'avoir terminé la moitié du roman), j'ai deviné ce qu'il en était des habitants de cette lugubre maison. Mais ça n'a enlevé en rien le plaisir de la lecture de ce roman.

 

Pour discuter de cette lecture