Marque ta page

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Etrangers Jordan, Robert Une couronne d'épées

Une couronne d'épées

Envoyer Imprimer PDF

couronne épéescouronne épéescouronne épées

 

"La Tour blanche redeviendra une, à part les renégates bannies et méprisées, plus forte que jamais. Rand al'Thor affrontera le Siège de l'Amyrlin et connaîtra sa colère. La Tour noire sera démolie dans le sang et le feu, et les sœurs se promèneront dans ses ruines. Telle est ma prophétie...", annonce Elaida. Rand al'Thor doit se rendre à Cairhien où la rébellion gronde. Calavaere s'est proclamée reine et Perrin découvre avec stupeur que sa femme, Faile, est à son service... De son côté, Mat, accompagné par Elayne et Ninaeve, se rend à Ebou Dar à la recherche de la Coupe des Vents afin d'enrayer la vague de chaleur envoyée par le Ténébreux et restaurer enfin le climat naturel de leur royaume.

L'avis de Nono : Rien à redire ! Toujours aussi palpitant, saisissant et captivant. Je ne me lasse pas d'errer dans l'univers de la Roue du temps et vais de surprise en surprise. Les mésaventures de Rand nous prouvent, et à lui par la même occasion, qu'il n'est pas infaillible. Je me retiens d'enchainer les tomes les uns à la suite des autres, de peur de voir trop vite la fin de la saga arriver... Ce n'est pourtant pas l'envie qui me manque !

 

Pour discuter de cette lecture

 

Newsflash

 

James Herbert est un auteur anglais spécialisé dans le domaine de l'horreur né le 8 avril 1943 à Londres.

Après avoir caressé la carrière de chanteur et de directeur artistique, James Herbert se consacre à la littérature. Peu à peu, il se spécialise dans l'horreur, sous toutes ses formes. Plusieurs thèmes sont récurrents dans son oeuvre : les catastrophes, le surnaturel, le nazisme et la réincarnation. Il aborde les catastrophes à plusieurs reprises, notamment dans ses premiers romans, comme La Trilogie des rats ou Fog ; tous deux influencés par les romans de science-fiction de John Wyndham. L'horreur qu'il dépeint ici est symbolique du déclin de la société, où même les autorités sont incompétentes. Sa période surnaturelle (Dis-moi qui tu hantes, Le Survivant) laisse l'horreur scientifique pour une horreur plus improbable. James Herbert revient ensuite aux horreurs plus terre à terre en consacrant deux romans historiques où des Britanniques sympathisent avec des nazis. Le dernier thème phare de la bibliographie de James Herbert est la réincarnation, comme dans Others ou Le Jour où je suis mort.

(Source : Evene)

Bibliographie : (dates de publications françaises)

  • Les Rats, 1976
  • Le survivant, 1978
  • Le Sombre, 1986
  • Pierre de lune, 1987
  • Le Repaire des rats, 1989
  • L'empire des rats, 1991
  • Fluke, 1992
  • La Lance, 1992
  • Hanté, 1992
  • Sanctuaire, 1993
  • Fog, 1994
  • Sépulcre, 1995
  • Présages, 1996
  • 48, 1999
  • Ballade pour un ange déchu , 2000
  • La Conspiration des fantômes , 2000
  • Le Jour où je suis mort , 2005
  • Le Secret de Crickley Hall, 2008
  • Les Autres, 2009
  • Magic cottage, 2010