Marque ta page

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Etrangers Marshall Smith, Michael Marshall Smith, Michael

Marshall Smith, Michael

Envoyer Imprimer PDF

michael marshall smith

 

Michael Marshall Smith, né le 3 mai 1965, est un romancier britannique.

Né à Knutsford, dans le Cheshire, il déménagea très tôt avec sa famille d'abord en Illinois puis en Floride. À sept ans, il déménageait de nouveau, cette fois en Afrique du Sud, puis en Australie avant de retourner au Royaume-Uni au début des années 1970. Il a étudié a l'université Chigwell et a l'université de Cambridge où il étudia la Philosophie, les sciences politiques et sociale, et où il participa au théâtre amateur de Cambridge (Footlights). Il devint écrivain de comédies et un performer dans les séries Radio 4 de la BBC. Sa première histoire publiée fut The Man Who Drew Cats qui gagna le prix de la Fantasy Britannique 1991 de la meilleure nouvelle. Son premier roman - Avance rapide - publié en 1994 remporta le prix August Derleth du meilleur roman en 1995. En 1996 son second roman, Frères de chair, a été publié, La société DreamWorks de Steven Spielberg en a retenu les droits cinématographiques. Alors que les droits furent inutilisés, Dreamworks produisit The Island, dont l'histoire possède de fortes similarités avec Frères de chair, quoique Michael Marshall Smith ne considère pas celles-ci suffisantes pour poursuivre une action en justice pour plagiat. Il considère à présent peu probable que Frères de chair soit un jour adapté. Le roman Les Hommes de paille fut le premier à être écrit sous un nom raccourci : Michael Marshall. Ce changement de nom est originalement dû à la publication d'un autre livre sous le même nom en 2001 par Martin J. Smith. Quoi qu'il en soit, Michael Marshall Smith décida alors d'utiliser cette séparation pour publier différents types de livres sous les deux noms. Les « romans modernes » sous le nom de Michael Marshall, et ceux d'horreur et de science fiction en tant que Michael Marshall Smith.

(Source : Wikipedia)

Bibliographie : (dates de publications françaises)

  • Avance rapide, 1998
  • Frères de chair, 1998
  • La Proie des rêves, 1999
  • Les Hommes de paille, 2004
  • Les Morts solitaires, 2004
  • Le Sang des anges, 2005
  • Les Intrus, 2007
  • L'Homme qui dessinait des chats, 2008
  • Les Domestiques, 2009
  • Les Vents mauvais, 2010
  • Vaccinator, 2011
 

Newsflash

 

« Nous pensions avoir trouvé le refuge idéal, un cottage perdu au coeur de la forêt. Il était sans doute un peu délabré, mais tout à fait charmant et si paisible… C’est là que la magie a commencé. Midge et moi, nous avons atteint des sommets de créativité dans nos domaines respectifs : elle a peint des toiles extraordinaires et je me suis mis à jouer de la guitare comme un dieu ! Quant à l’amour qui nous unissait, c’est devenu la magie suprême…
Mais, comme toute médaille a son revers, le cottage avait lui aussi son mauvais côté. Et c’est là qu’intervient la mauvaise magie…
Aujourd’hui encore, j’ai de la peine à croire que des choses aussi terrifiantes aient pu arriver. Et pourtant… »

L'avis de Carrie : Comme pour « Les Autres » du même auteur, l’histoire est un peu longue à démarrer. Mais c’est sans doute pour qu’on s’imprègne bien de l’enchantement idyllique du début pour mieux plonger dans l’enfer par la suite. Donc, passé le moment un peu ennuyeux du début avec la mise en place des personnages dans leur nouvelle demeure, on tourne les pages avec de plus en plus d’avidité en se demandant « mais qu’est-ce qu’il va se passer maintenant ? ». Et finalement, il ne se passe pas grand-chose. J’avais espéré quelque chose de plus spectaculaire, plus effrayant. Moi qui aime les histoires de maisons hantées, je suis restée sur ma faim avec celle-ci. Un long roman (380 pages) pour peu de frayeur en définitive. En tout cas, moi qui n’avais déjà pas beaucoup de sympathie pour les sectes, ce roman m’a définitivement fâchée avec elles.
Donc, un peu déçue quand même.

 

Pour discuter de cette lecture