Marque ta page

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Etrangers Marshall Smith, Michael Marshall Smith, Michael

Marshall Smith, Michael

Envoyer Imprimer PDF

michael marshall smith

 

Michael Marshall Smith, né le 3 mai 1965, est un romancier britannique.

Né à Knutsford, dans le Cheshire, il déménagea très tôt avec sa famille d'abord en Illinois puis en Floride. À sept ans, il déménageait de nouveau, cette fois en Afrique du Sud, puis en Australie avant de retourner au Royaume-Uni au début des années 1970. Il a étudié a l'université Chigwell et a l'université de Cambridge où il étudia la Philosophie, les sciences politiques et sociale, et où il participa au théâtre amateur de Cambridge (Footlights). Il devint écrivain de comédies et un performer dans les séries Radio 4 de la BBC. Sa première histoire publiée fut The Man Who Drew Cats qui gagna le prix de la Fantasy Britannique 1991 de la meilleure nouvelle. Son premier roman - Avance rapide - publié en 1994 remporta le prix August Derleth du meilleur roman en 1995. En 1996 son second roman, Frères de chair, a été publié, La société DreamWorks de Steven Spielberg en a retenu les droits cinématographiques. Alors que les droits furent inutilisés, Dreamworks produisit The Island, dont l'histoire possède de fortes similarités avec Frères de chair, quoique Michael Marshall Smith ne considère pas celles-ci suffisantes pour poursuivre une action en justice pour plagiat. Il considère à présent peu probable que Frères de chair soit un jour adapté. Le roman Les Hommes de paille fut le premier à être écrit sous un nom raccourci : Michael Marshall. Ce changement de nom est originalement dû à la publication d'un autre livre sous le même nom en 2001 par Martin J. Smith. Quoi qu'il en soit, Michael Marshall Smith décida alors d'utiliser cette séparation pour publier différents types de livres sous les deux noms. Les « romans modernes » sous le nom de Michael Marshall, et ceux d'horreur et de science fiction en tant que Michael Marshall Smith.

(Source : Wikipedia)

Bibliographie : (dates de publications françaises)

  • Avance rapide, 1998
  • Frères de chair, 1998
  • La Proie des rêves, 1999
  • Les Hommes de paille, 2004
  • Les Morts solitaires, 2004
  • Le Sang des anges, 2005
  • Les Intrus, 2007
  • L'Homme qui dessinait des chats, 2008
  • Les Domestiques, 2009
  • Les Vents mauvais, 2010
  • Vaccinator, 2011
 

Newsflash

 

James Herbert est un auteur anglais spécialisé dans le domaine de l'horreur né le 8 avril 1943 à Londres.

Après avoir caressé la carrière de chanteur et de directeur artistique, James Herbert se consacre à la littérature. Peu à peu, il se spécialise dans l'horreur, sous toutes ses formes. Plusieurs thèmes sont récurrents dans son oeuvre : les catastrophes, le surnaturel, le nazisme et la réincarnation. Il aborde les catastrophes à plusieurs reprises, notamment dans ses premiers romans, comme La Trilogie des rats ou Fog ; tous deux influencés par les romans de science-fiction de John Wyndham. L'horreur qu'il dépeint ici est symbolique du déclin de la société, où même les autorités sont incompétentes. Sa période surnaturelle (Dis-moi qui tu hantes, Le Survivant) laisse l'horreur scientifique pour une horreur plus improbable. James Herbert revient ensuite aux horreurs plus terre à terre en consacrant deux romans historiques où des Britanniques sympathisent avec des nazis. Le dernier thème phare de la bibliographie de James Herbert est la réincarnation, comme dans Others ou Le Jour où je suis mort.

(Source : Evene)

Bibliographie : (dates de publications françaises)

  • Les Rats, 1976
  • Le survivant, 1978
  • Le Sombre, 1986
  • Pierre de lune, 1987
  • Le Repaire des rats, 1989
  • L'empire des rats, 1991
  • Fluke, 1992
  • La Lance, 1992
  • Hanté, 1992
  • Sanctuaire, 1993
  • Fog, 1994
  • Sépulcre, 1995
  • Présages, 1996
  • 48, 1999
  • Ballade pour un ange déchu , 2000
  • La Conspiration des fantômes , 2000
  • Le Jour où je suis mort , 2005
  • Le Secret de Crickley Hall, 2008
  • Les Autres, 2009
  • Magic cottage, 2010