Marque ta page

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Carmilla

Envoyer Imprimer PDF

carmilla

 

La jeune Laura vit avec son père dans un château isolé au cœur d'une forêt de Styrie, en Autriche.
L'arrivée énigmatique et impromptue de la belle Carmilla vient rompre une pesante solitude. Mais bien vite, le comportement étrange de cette nouvelle compagne éveille la curiosité de Laura. Peu à peu se noue entre les deux jeunes femmes une relation passionnée, tandis qu'un mal mystérieux commence à décimer les jeunes filles de la région.


L'avis de Carrie : Il s'agit d'une adaptation en BD du roman de Joseph Sheridan Le Fanu écrit en 1871.
Je vais donner là mon avis en faisant abstraction de la nouvelle originale puisque je n'ai pas lu cette dernière.
Le dessin ressemble beaucoup à celui de Manara (la BD érotique, pour ceux qui connaissent), en N&B, il y a 102 pages (plus du double d'une BD classique), donc on en a pour son argent. A mon avis, même si je n'ai pas lu l'histoire originale, l'histoire ici est plus érotique. Sofia Terzo montre et dit ce qui est juste suggéré par Le Fanu. Sinon, belle histoire de vampire au féminin.

 

Pour discuter de cette lecture

 

Newsflash

 

David ne croit pas aux fantômes. Rationaliste convaincu, il met un point d'honneur à démasquer les faux médiums et à attribuer des causes naturelles aux prétendus phénomènes paranormaux. Mais un véritable mystère plane sur la vieille demeure d'Edbrook et, pour la première fois, David se heurte à l'inexplicable. Pour la première fois? Dans son acharnement à nier tout ce qui relève du surnaturel, ne cherche-t-il pas finalement à oublier ce qui le hante depuis l'enfance?

 

L'avis de Carrie : Voilà une histoire de fantômes et de vieille maison hantée comme je les aime. La preuve, j'ai lu ce livre en 2 après-midi. David, qui ne croit pas aux fantômes, va être confronté à ses propres démons et ses propres fantômes. Bon, je dois bien avouer qu'assez rapidement (avant d'avoir terminé la moitié du roman), j'ai deviné ce qu'il en était des habitants de cette lugubre maison. Mais ça n'a enlevé en rien le plaisir de la lecture de ce roman.

 

Pour discuter de cette lecture