Marque ta page

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Francophones Grimal, Pierre La Vie à Rome dans l'Antiquité

La Vie à Rome dans l'Antiquité

Envoyer Imprimer PDF

vie rome antiquité

 

Pierre Grimal est également un féru de vulgarisation et un amoureux de la civilisation romaine (Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine, 1951 ; Civilisation romaine, 1960) mais aussi de la Rome contemporaine. En 1993, il est nommé « citoyen d’honneur de Rome », cette ville qu’il a tant arpentée et aimée et pour laquelle il a rédigé le premier guide de tourisme culturel, Nous partons pour Rome (1962), et propose un itinéraire très personnel dans Voyage à Rome (2004, posthume). Il a aussi écrit des synthèses magistrales telles que les Villes romaines (1996), le Théâtre antique (1991), le Siècle d’Auguste (1992) ou la Vie à Rome dans l’Antiquité (1994).

L'avis de Nono : Plus précis encore, cet exposé plonge au coeur de la vie quotidienne des Romains. Leurs coutumes, l'aménagement des villas, les fonctions de chacun... Tout y est expliqué clairement et de manière complète. De quoi devenir incollable sur l'Antiquité romaine !

 

Pour discuter de cette lecture

 

Newsflash

 

James Herbert est un auteur anglais spécialisé dans le domaine de l'horreur né le 8 avril 1943 à Londres.

Après avoir caressé la carrière de chanteur et de directeur artistique, James Herbert se consacre à la littérature. Peu à peu, il se spécialise dans l'horreur, sous toutes ses formes. Plusieurs thèmes sont récurrents dans son oeuvre : les catastrophes, le surnaturel, le nazisme et la réincarnation. Il aborde les catastrophes à plusieurs reprises, notamment dans ses premiers romans, comme La Trilogie des rats ou Fog ; tous deux influencés par les romans de science-fiction de John Wyndham. L'horreur qu'il dépeint ici est symbolique du déclin de la société, où même les autorités sont incompétentes. Sa période surnaturelle (Dis-moi qui tu hantes, Le Survivant) laisse l'horreur scientifique pour une horreur plus improbable. James Herbert revient ensuite aux horreurs plus terre à terre en consacrant deux romans historiques où des Britanniques sympathisent avec des nazis. Le dernier thème phare de la bibliographie de James Herbert est la réincarnation, comme dans Others ou Le Jour où je suis mort.

(Source : Evene)

Bibliographie : (dates de publications françaises)

  • Les Rats, 1976
  • Le survivant, 1978
  • Le Sombre, 1986
  • Pierre de lune, 1987
  • Le Repaire des rats, 1989
  • L'empire des rats, 1991
  • Fluke, 1992
  • La Lance, 1992
  • Hanté, 1992
  • Sanctuaire, 1993
  • Fog, 1994
  • Sépulcre, 1995
  • Présages, 1996
  • 48, 1999
  • Ballade pour un ange déchu , 2000
  • La Conspiration des fantômes , 2000
  • Le Jour où je suis mort , 2005
  • Le Secret de Crickley Hall, 2008
  • Les Autres, 2009
  • Magic cottage, 2010