Marque ta page

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Le Philosophe qui n'était pas sage

Envoyer Imprimer PDF

philosophe était pas sage

 

La forêt tropicale semblait retenir son souffle dans la chaleur moite du crépuscule. Assise devant l entrée de sa hutte, Élianta tourna les yeux vers Sandro qui s avançait. Pourquoi ce mystérieux étranger, que l on disait philosophe, s acharnait-il à détruire secrètement la paix et la sérénité de sa tribu ? Elle ne reconnaissait plus ses proches, ne comprenait plus leurs réactions... Qu avaient-ils fait pour mériter ça ? D heure en heure, Élianta sentait monter en elle sa détermination à protéger son peuple. Jamais elle ne laisserait cet homme jouer avec le bonheur des siens.

Avis de Ddelph : Je reste très mitigée sur ce roman, d'une part je l'ai lu d'une traite, donc il ne m'a pas ennuyé, loin de là, mais d'autre part j'ai été très déçue par le manque de profondeur des sujets traités. Et pourtant il y avait matière à faire un livre absolument fantastique, surtout que l'auteur nous a habitué à mieux que cela. Le choc culturel entre les occidentaux et les indiens, la manipulation dont ces derniers sont victimes, le laps de temps qui s'écoule entre le début de l'histoire et la fin, tout cela aurait mérité au moins le double de pages. Alors est-ce que Gounelle a été, comme tant d'autres, victime de la politique éditoriale et a dû couper son roman de manière à ce qu'il devienne plus vendable ? J'en ai bien l'impression, et c'est vraiment dommage.

 

Pour discuter de cette lecture

 

Newsflash

 

Cela commença par un tremblement de terre. Dans la confusion, au milieu des cris des victimes, personne ne prêta vraiment attention à ce brouillard jaunâtre qui s’échappait de la terre éventrée et que le vent eut tôt fait d’emporter vers la campagne anglaise. Puis des massacres inexplicables, déments, furent signalés sur le passage de la nappe de brouillard. Elle se mit à croître, progressant inexorablement vers les zones les plus peuplées d’Angleterre… Un chef-d’œuvre de la terreur vendu à plus d’un million d’exemplaires !


L'avis d'Abso : Un roman qui souffle un peu le chaud et le froid je trouve. Un début un peu poussif avec une succession de tableaux nous montrant la folie que fait naître ce fameux brouillard. Ensuite, vers la moitié du livre, l'histoire se met vraiment en place pour finir de manière spectaculaire mais peut être un petit peu brutale. Vous l'aurez compris, ce roman n'est ni bon ni mauvais pour moi, il se lit, se range, s'oublie...

 

Pour discuter de cette lecture