Marque ta page

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Berserk

Envoyer Imprimer PDF

berserk

 

Berserk est un manga de dark fantasy de Kentaro Miura qui a été adapté en une série animée en 1997. Commencé en 1989, Berserk est toujours en cours de parution au Japon. Chaque nouveau chapitre sort en prépublication dans le magazine Young Animal. Le rythme de sortie de chaque tome est très long car l'auteur précise qu'il porte un intérêt tout particulier au soin des détails de chaque planche.

(Source : Wikipedia)

35 tomes à ce jour

L'avis de Scifigirl : Première impression : W-O-W !
On m'avait dit que c'était violent et violent c'était. Dans tous les sens du terme.
Guts le guerrier crève les pages du manga. C'est l'archétype du guerrier, un vrai surhomme tout de muscles, d'acier et de rage. Il semble n'avoir qu'un but, la vengeance, bien que pour l'heure, contre qui et pourquoi, ça reste très vague. Je l'ai trouvé assez difficile à cerner. On voit qu'il ne tue pas à la légère, mais si quoi que ce soit ou qui que ce soit se met en travers de son chemin, coupable ou innocent, volontairement ou non, il le passera au fil de sa gigantesque épée sans le moindre état d'âme.
C'est le genre de brute qui attire très difficilement la sympathie. Pourtant, vu le genre de monde - médiéval fantastique - où évolue le gaillard, c'est peut-être le meilleur moyen de rester en vie. Des démons absolument immondes vivent au sein même de la population, semant la terreur, tuant, se nourrissant de chair humaine, tout cela en toute impunité.
Les scènes de combat sont extrêmement violentes, avec force détails; entrailles mises à l'air, sang qui gicle, corps dépecés et mille autres façons de tuer et de mourir toute plus gore les unes que les autres.
Et à côté de ça, on a Puck l'elfe, qui ne pourrait pas être plus différent. Minuscule, bavard, aisément impressionné ou choqué, il se prend d'affection pour le grand borgne bourrin après que celui-ci lui ait - involontairement - sauvé la vie, et décide de le suivre. Sa présence et ses facéties, très drôles apportent un contrepoint intéressant au côté cru et hyper-violent du manga.
Une série à ne pas mettre entre toutes les mains donc; personnellement, j'ai adoré *__* !

 

Pour discuter de cette série

Mise à jour le Dimanche, 26 Février 2012 16:54  

Newsflash

 

« Nous pensions avoir trouvé le refuge idéal, un cottage perdu au coeur de la forêt. Il était sans doute un peu délabré, mais tout à fait charmant et si paisible… C’est là que la magie a commencé. Midge et moi, nous avons atteint des sommets de créativité dans nos domaines respectifs : elle a peint des toiles extraordinaires et je me suis mis à jouer de la guitare comme un dieu ! Quant à l’amour qui nous unissait, c’est devenu la magie suprême…
Mais, comme toute médaille a son revers, le cottage avait lui aussi son mauvais côté. Et c’est là qu’intervient la mauvaise magie…
Aujourd’hui encore, j’ai de la peine à croire que des choses aussi terrifiantes aient pu arriver. Et pourtant… »

L'avis de Carrie : Comme pour « Les Autres » du même auteur, l’histoire est un peu longue à démarrer. Mais c’est sans doute pour qu’on s’imprègne bien de l’enchantement idyllique du début pour mieux plonger dans l’enfer par la suite. Donc, passé le moment un peu ennuyeux du début avec la mise en place des personnages dans leur nouvelle demeure, on tourne les pages avec de plus en plus d’avidité en se demandant « mais qu’est-ce qu’il va se passer maintenant ? ». Et finalement, il ne se passe pas grand-chose. J’avais espéré quelque chose de plus spectaculaire, plus effrayant. Moi qui aime les histoires de maisons hantées, je suis restée sur ma faim avec celle-ci. Un long roman (380 pages) pour peu de frayeur en définitive. En tout cas, moi qui n’avais déjà pas beaucoup de sympathie pour les sectes, ce roman m’a définitivement fâchée avec elles.
Donc, un peu déçue quand même.

 

Pour discuter de cette lecture